ACCÈS AU SITE DE L'UMR

La bioéconomie circulaire peut-elle constituer un levier du développement territorial pour la région Pays de la Loire ?


Thèse de Simon JOXE (ESO Le Mans)
Direction :
Financement :
  • CIFRE

Composition du jury :


     

    La notion d’économie circulaire est définie pour mettre en œuvre des cycles les plus fermés possible de matière et d’énergie. Les auteurs ayant cherché à diffuser le concept identifient deux boucles : une boucle de « nutriments techniques » (ressources non renouvelables) et une boucle de « nutriments biologiques » issus de l’ensemble des activités agricoles, industrielles et domestiques (Webster, 2017).

     La « bioéconomie circulaire », notion revendiquée par les acteurs de la région Pays de la Loire, se centre sur cette deuxième boucle. Cette notion fait alors émerger des besoins multiples de structuration des connaissances. Il s’agit tout d’abord d’améliorer l’identification des flux de biomasse afin d’observer, sur le long terme, l’évolution des ressources présentes sur le territoire (Barles, 2010). Le concept de métabolisme territorial (Barles, 2017) peut dès lors être mobilisé pour analyser les relations entre filières de valorisation de la biomasse et territoires socio-écologiques.

     Il s’agit ensuite de comprendre le potentiel de chaque territoire en termes de restructuration de son économie dans l’optique de s’appuyer avant tout sur les ressources présentes sur le territoire, dans une optique de bio-région (Magnaghi, 2014). La bioéconomie circulaire peut alors se révéler vecteur de développement local, particulièrement dans l’interaction entre les espaces urbanisés et les espaces ruraux. Enfin, comprendre la mise en œuvre d’une bioéconomie circulaire implique d’analyser les évolutions structurantes des services en réseau d’un territoire, ainsi que le repositionnement des acteurs, notamment publics (Coutard, 2016). Il est central d’analyser la place de cette notion par rapport aux champs scientifiques de la Political-Industrial Ecology (Newell, 2015), l’Écologie territoriale ou la Socio Metabolic Research (Haberl, 2019).

    Pour répondre à ces enjeux, la recherche multi partenariale (Région Pays de la Loire, AC3A, laboratoire ESO) se centre sur trois territoires pilotes dans la région Pays de la Loire (L’Île d’Yeu, les Mauges et Sablé-sur-Sarthe).

    Mots-clés de recherche : métabolisme territorial, bioéconomie, économie circulaire, analyse de filières, pratiques agricoles, biodéchets