ACCÈS AU SITE DE L'UMR

La mobilité contextuelle à l’épreuve de la mobilité résidentielle contrainte dans le cadre de la rénovation urbaine des quartiers d’habitat social à Angers et à Trélazé


Thèse de Nathalie BUCHOT (ESO Le Mans) soutenue en 2012
Direction :
  • Jacques CHEVALIER, Université du Mans
  • Rodolphe DODIER, Université d’Aix-Marseille



Résumé : Habiter, c’est être mobile. C’est à partir de cette hypothèse issue d’une expérience professionnelle de plus de quinze d’ans d’accompagnement au logement auprès de ménages vulnérables, que s’est engagée une étude sur les effets, les freins et les leviers de la mobilité résidentielle contrainte sur les quartiers de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU) d’Angers et de Trélazé (France). Associant les résultats de l’étude à la notion de la mobilité contextuelle, se révèle l’étroite relation homme-environnement. En effet, le processus cognitif de la mobilité et de l’habiter se met en œuvre dans une atmosphère sécurisante et apaisante. Or, vivre dans les quartiers d’habitat social dégradé, dévalorisé, empêche cette mise en œuvre. Ainsi, l’étude du relogement contraint montre la nécessaire conjugaison entre les politiques d’aménagement urbain, les politiques sociales et les politiques environnementales.



Téléchargement