ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Projet DEMICCAC

Déforestation Evitée et Mitigation du Changement Climatique en Afrique Centrale


Sur la période 2014-2016

Financement :
  • IRD/Université du Maine/Université de Yaoundé 1

Partenaires :
  • IRD/Université du Maine/Université de Yaoundé 1


Moise.Tsayem_Demaze @ univ-lemans.fr

Le projet DEMiCCAC a été sélectionné dans le cadre de l’appel à projets 2013 du Programme d’Excellence pour l’Enseignement et la Recherche au Sud (PEERS) de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Le projet associe des enseignants-chercheurs de l’université du Maine au Mans (département de géographie) et des enseignants-chercheurs de l'université de Yaoundé 1 (département de géographie). Il est mis en œuvre dans le cadre d’une convention tripartite (IRD/Université du Maine/Université de Yaoundé 1).

L’objectif du projet est de construire des connaissances sur la mise en œuvre de la Réduction des Émissions de gaz à effet de serre résultant de la Déforestation et de la Dégradation des forêts (REDD+) au Cameroun, et plus globalement en Afrique centrale. Il s’agit de mener des recherches sur la dimension géographique de la REDD+, en évaluant et en analysant les décisions et les mesures de gestion forestière qui sont susceptibles d’entrainer la baisse de la déforestation au Cameroun, avec une approche comparative à l’échelle du bassin du Congo. Les recherches se focalisent sur les effets territoriaux de la REDD+, et examinent le lien entre réduction de la déforestation et atténuation du changement climatique, en s’intéressant au stockage du carbone dans des espaces où la déforestation aurait été évitée ou réduite du fait de la mise en œuvre de la REDD+.

L'Afrique centrale est une région phare pour les démarches institutionnelles Nord-Sud relatives à la REDD+ : Programme REDD+ et Fonds Carbone de la Banque Mondiale, Programme REDD+ des Nations unies, Fonds de Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, etc. Ces démarches soutiennent les pays de l’Afrique centrale dans l’élaboration et la mise en œuvre de leurs stratégies nationales REDD+. Dans cette optique, des projets pilotes foisonnent, impliquant une diversité d'acteurs (États, ONG, organismes de commercialisation du carbone, populations locales, etc.). Face à cet engouement pour la REDD+, on peut s’interroger sur la pérennité et l’efficacité à long terme de ce mécanisme, et parallèlement sur les dynamiques territoriales qui en découlent.

Le projet DEMiCCAC envisage de produire un bilan analytique et une prospective territorialisée de la REDD+ au Cameroun, en esquissant des comparaisons avec d’autres pays de l’Afrique centrale (Gabon, République Démocratique du Congo, République du Congo).

Trois pistes de recherche sont privilégiées :

- Les changements d’occupation du sol et les dynamiques territoriales résultant de la REDD+ ;

- La réalité, la quantification et le suivi de la déforestation évitée (le Monitoring, Reporting and Verification, et le rôle de la télédétection).

- Les facteurs et les conditions de l’appropriation, de la gouvernance et de l’efficacité de la REDD+.

Parallèlement aux activités de recherche scientifique, le projet alimentera des enseignements pour le Master "Dynamiques de l'Environnement et Risques », à l'université de Yaoundé 1 (département de géographie), ainsi que des séminaires pour des doctorants (école doctorale sciences humaines et sociales à l’université de Yaoundé 1). Il est envisagé de créer un Master en Enseignement à Distance, portant sur la transition énergétique et la durabilité dans le contexte de l’Afrique centrale, en codiplomation entre l’université du Maine et l’université de Yaoundé 1.

 

Questions générales La REDD+ est-elle une solution efficace au problème de déforestation et de dégradation forestière, en particulier dans le bassin du Congo ? Quelles sont les contraintes, les faiblesses, les insuffisances éventuelles de la REDD+ ?   Comment la lutte contre la déforestation, par la REDD+, contribue t-elle localement à la mitigation du changement climatique ? Comment mesurer et rendre compte continuellement de la déforestation évitée et des émissions de gaz à effet de serre associées à cette déforestation évitée? Quel est l’état des projets pilotes REDD+ au Cameroun et ailleurs en Afrique centrale ? Quels enseignements peut-on tirer de ces projets pilotes?

 

Questions spécifiques DEMICCAC Quels sont/seront les effets territoriaux de la REDD+ et les implications pour l’aménagement du territoire et la gestion des forêts? Quelle est/sera la réalité de la déforestation évitée et ses retombées en termes d’atténuation du changement climatique? Quelle cohérence du niveau national au niveau sous-régional pour quelle homogénéisation des MRV à l’échelle du bassin du Congo? Quelle capacité de mise en œuvre efficace de la REDD+?

 

Méthodes de recherche

Axe 1. Les changements d’occupation du sol et les dynamiques territoriales résultant de la REDD+ au Cameroun Diagnostic et prospective territoriale, cartographie, simulation/modélisation spatiale, etc. Localisation et cartographie de la déforestation évitée

 

Axe 2. La réalité, la quantification et le suivi de la déforestation évitée

État de l’art critique de la télédétection de la REDD+, analyse comparative du MRV des pays de l’Afrique centrale à partir des R-PP, traitements d’images satellites appliqués à la REDD+, spatialisation des équations allométriques et des inventaires de carbone/biomasse

 

Axe 3. Les facteurs et les conditions de l’appropriation, de la gouvernance et de l’efficacité de la REDD+

Analyse des architectures REDD+ pour confronter les préconisations avec la réalité et le contexte, analyses des capacités institutionnelles et des relations entre les acteurs, synthèse bibliographique, confrontation des enseignements empiriques avec les concepts et les théories de la gouvernance, de la dépendance aux sentiers, de la fragilité de l’Etat